Aujourd'hui je souhaite vous parler de vêtements et de leur impact sur l'environnement.

Ouvrir un site web de vêtements femme Vintage est pour moi une grande satisfaction : celui de dénicher des pièces plus ou moins anciennes, uniques et originales, les assembler, leur imaginer une histoire ... Mais pas seulement. Vendre des vêtements déjà portés, leur offrir une seconde vie, me créer mon propre dressing vintage, permet à mon échelle humaine d'impacter sur l'environnement.

En effet la surconsommation de vêtements est néfaste pour la planète. En premier lieu, la production de pièces textiles nécessite une très grande quantité d'eau dans toutes les étapes de sa construction. Prenons un exemple : 2500 litres d'eau sont utilisés pour fabriquer un simple tee-shirt.

Cette production génère aussi beaucoup d'émissions nuisibles pour notre planète. Les substances provenant des textiles et rejetées dans l'environnement pendant la fabrication du vêtement sont bien souvent toxiques.

Parlons aussi d'empreinte carbone : outre le transport qui nécessite du carburant, les étapes de fabrication, préparation, teinture et repassage utilisent beaucoup d’énergie.

Pour fabriquer toutes ces pièces, il faut de la matière première : les sols sont donc surexploités. Prenons pour exemple la production de coton qui représente en terme de pesticides 10% de la consommation mondiale.

A savoir aussi que chaque article fabriqué en fibres naturelles a un impact en terme de gaz à effet de serre équivalent à plus de 20 fois son poids.

 

Plusieurs millions de tonnes de textile sont pourtant mis à la poubelle chaque année en Europe. 70% de notre garde-robe ne serait pas portée au quotidien ... Nous achetons environ 20 kg de vêtements neufs par an ... Cela fait réfléchir sur nos habitudes.

Au jour d'aujourd'hui, mon raisonnement face à ma consommation est en train de changer : fouiner, dénicher, chiner, des pièces déjà présentes et portées plutôt que d'encourager la fast fashion et donc la surconsommation... est devenu important pour moi. Montrer que la mode, ce ne sont pas des vêtements qui ne sont plus « portables » la saison suivante . Etre stylée sans acheter du neuf, c’ est la mission que je me suis donnée avec Ma Bulle Chinée . Et même si c’est peu de choses, c’est bon pour la planète.

Lili